Un guide de la quarantaine : leçons de deux années d’isolement

Peut-être êtes-vous arrivé(e) ici après un long moment à passer de vos emails à vos réseaux sociaux à des sites de nouvelles au placard de la cuisine à vos emails, un sentiment de culpabilité mêlé d’abrutissement augmentant à mesure que diminuaient vos chances d’accomplir quoi que ce soit aujourd’hui.

Abandonnez la culpabilité. Gardez ceci à l’esprit : la façon dont vous réagissez dans cette situation ne reflète pas vos capacités dans un contexte normal.

Si j’écris ce texte, c’est parce que des proches – des gens d’habitude productifs, équilibrés et compétents – m’ont contacté dans cet état. Il ne s’agit pas d’un manque de volonté. Il s’agit, simplement, d’une situation à laquelle peu ont été préparés.

Des outils existent. Avec, votre quarantaine pourrait représenter – plutôt qu’un déclin physique et mental mené à coups de sucres rapides, de navigation compulsive sur internet et d’idées noires – celle où vous avez acquis une nouvelle compétence ou créé une œuvre remarquable.

Si vous ne me connaissez pas, notez que je ne suis pas psychiatre. Ma légitimité à émettre ces recommandations vient simplement de deux années passées en isolement, ainsi que des nombreuses lectures, recommandations d’experts et entraînements qui m’y ont préparé. Le contexte était différent mais les difficultés, en grande partie semblables.

Il y a d’abord eu HI-SEAS IV, une mission financée par la NASA pour laquelle j’ai vécu 366 jours sur un volcan, partageant un dôme de 11 mètres de diamètre avec 5 autres personnes, sans jamais être à l’air libre et sans aucun contact en temps réel avec l’extérieur. Puis il y a eu DC14, dans la base antarctique Concordia où j’étais glaciologue et chef de station. Je raconte ces deux missions dans Vivre sur Mars et Un hiver antarctique.

Les recommandations qui suivent sont ce qui m’a permis, ainsi qu’à la plupart de mes coéquipiers et nombre d’astronautes, sous-mariniers, militaires détachés et voyageurs polaires, de rester heureux et productif. J’espère qu’elles vous aideront.

Je suggère de les lire d’une traite, sans cliquer sur aucun lien, avant de reprendre chacune pour réfléchir à comment l’appliquer dans votre cas.

DSCN0006
HI-SEAS.
SONY DSC
Concordia.

 

1) Commencez par le plus important

Quand votre décor ne change pas, l’heure qui suit votre réveil détermine largement votre journée.

Commencez par surfer sur les réseaux sociaux et cela pourrait être l’unique chose que vous accomplirez aujourd’hui ; le moindre effort deviendra intimidant. Commencez par faire quelque chose de productif et votre journée prendra un élan qui rendra faciles les bonnes décisions.

Voyons maintenant ce que ce « quelque chose de productif » pourrait être, en-dehors de vos activités professionnelles si vous travaillez à distance.

 

2) Apprenez ou créez

Pendant HI-SEAS IV, apprendre l’ukulélé était – avec le sport et la lecture, que nous verrons plus bas – l’un de mes principaux mécanismes de défense. Cela s’est fait naturellement ; a posteriori, je l’ai attribué à la satisfaction de m’améliorer et de créer, mêlée au fait de devoir me concentrer au point d’en oublier le reste. Quoi qu’il en soit, le stress s’estompait dès les premiers accords.

Pour d’autre, c’était l’apprentissage de langues, l’écriture d’un blog, le dessin, le tricot ou l’assemblage de robots. Apprendre ou créer quelque chose, et souvent les deux en même temps.

S’il y a une œuvre en vous, le moment est peut-être venu de nous en faire profiter. S’il y a une compétence que vous auriez voulu développer…  peut-être pouvez-vous maintenant en trouver le temps ?

Si rien ne vous vient à l’esprit, voici quelques possibilités :

  • Apprendre à jouer d’un instrument. On trouve des ukulélés décents pour quelques dizaines d’euros (le Kala KA-S est excellent pour son prix) et, pour bien moins, des harmonicas. J’ai commencé avec des ouvrages « Pour les nuls » (en voici un sur l’ukulélé et un sur l’harmonica – qui inclut l’instrument) mais le choix est vaste, et les tutoriels vidéo gratuits ne manquent pas.
  • Apprendre une nouvelle langue. J’ai utilisé plusieurs fois la méthode Sans peine d’Assimil. Le prix si on l’achète neuf peut être prohibitif, mais des méthodes plus abordables existent en librairie. Les ressources gratuites abondent sur internet.
  • Apprendre et suivre de nouvelles recettes. Quelque chose que vous adorez manger mais que vous n’aviez jamais envisagé de faire vous-même.
  • Apprendre à tricoter et offrir bonnets, chaussettes, gants, écharpes… Certains de mes coéquipiers ont trouvé l’activité étonnamment apaisante.
  • Commencer l’écriture d’un livre. Ou, si c’est trop, d’un blog (j’utilise WordPress pour celui-ci, et mes compétences en informatique sont honteusement limitées), de poèmes, ou d’un journal de bord de confinement.
  • Démarrer votre propre podcast.
  • Songer à monter votre propre entreprise. Développer l’idée, inventer le modèle économique, s’informer sur les étapes nécessaires… c’est peut-être plus réaliste que vous ne l’imaginez.
  • Ecrire le scénario de vidéos (humoristiques, documentaires, courtes ou longues…), les filmer et les partager.
  • Apprendre à dessiner (j’ai fait mes premiers dessins corrects à Hawaï grâce ce livre). Ou à peindre.

Si rien de tout cela ne vous inspire, ceci vous aidera peut-être : parcourir le site de la collection Pour les nuls jusqu’à trouver une compétence qui vous enthousiasme.

DSC09008
Andrzej, pratiquant la guitare pendant HI-SEAS IV. Au sol, mon ukulélé.
20180922_164221 (1).jpg
Dans la cuisine de Concordia, j’apprends à cuisiner un Strudel pour l’anniversaire d’un coéquipier.

 

3) Bougez

Lorsque vos problèmes vous submergent, il y a des chances que cela vienne plus de votre état mental, affecté par le confinement, que d’une réalité objective. Quand l’effort physique le plus éprouvant de la journée consiste à passer du canapé à une chaise de cuisine, notre perception change. La solution : l’activité physique. Elle vous redonnera très vite une meilleure perspective.

Bien sûr, si votre sport habituel est le rugby ou le lancer de javelot, il faudra revoir vos options. Elles ne manquent pas : corde à sauter, musculation au poids du corps, yoga, zumba, pilâtes… Si vous avez besoin d’être guidé(e), vous trouverez facilement des vidéos gratuites en ligne.

Pour se muscler sans équipement, la méthode Lafay est un classique. Et, nombre de mes coéquipiers ont pris des allures athlétiques avec des programmes d’entrainement comme P90X et Insanity.

img-20180726-wa0001
Séance de sport à Concordia.

 

4) Restez en contact

Une seule journée sans parler à personne peut mener à des états psychologiques extrêmes.

Une tristesse qui arrive après des heures solitaires peut souvent être atténuée par un simple coup de téléphone à un(e) ami(e). Les communications écrites (réseaux sociaux, messageries instantanées, SMS) sont loin d’avoir le même effet.

Songez que quand vous appelez quelqu’un, l’autre personne en bénéficie également.

 

5) Cohabitez en paix

Vous venez de découvrir que vos colocataires sont d’insupportables vermines ?

Il y a une autre explication : des choses chez les autres que l’on remarque normalement à peine – une façon de mâcher bruyamment, un tic de langage, une tendance à laisser traîner des assiettes sales… –, voire les personnes elles-mêmes, peuvent devenir insupportables lorsque l’on y est exposé(e) en permanence.

Quelques suggestions pour gérer les tensions :

  • Informez (courtoisement) les autres de ce qui vous agace, bien avant que l’agacement ne se transforme en rage, pour qu’ils puissent en tenir compte. Il ne s’agit pas de tout mentionner systématiquement : acceptez les choses les moins gênantes. Encouragez les autres à faire de même avec vous. Expliquez-leur votre démarche pour que cela ne soit pas pris comme une critique.
  • Isolez-vous quand vous en ressentez le besoin, et respectez ce besoin chez les autres. Si ce n’est pas excessif, c’est sain et permet de continuer à s’apprécier. Idéalement, vous pourrez vous retrouver seul(e) dans une pièce. À défaut, des boules Quies, un fauteuil dans un coin, un bon livre et une demande (polie) d´être laissé(e) tranquille, peuvent suffire.
  • Gardez en tête que, si l’autre vous irrite, c’est peut-être plus à cause des conditions que parce qu’il ou elle est détestable. Si son comportement est objectivement répréhensible, n’oubliez pas : il ou elle non plus n’est pas dans son état normal.
  • Appelez, chaque jour, des amis et des proches qui ne sont pas confinés avec vous. Cela atténuera la monotonie sociale.

  • Passez du temps de qualité avec ceux qui vous entourent : des repas pris ensemble, des séances collectives de sport, des jeux de société… Cohabiter sans partager est pesant.
DSC02110
L’équipage d’HI-SEAS IV célébrant Noël.

 

6) Coiffez ces dreadlocks

Sans grande vie sociale ni réunion de travail, on peut vite prendre une apparence qui annihilerait tout espoir de carrière si une photo de nous devenait publique.

Cet état est acceptable si vous êtes en mission dans la jungle. Autrement, évitez-le : une hygiène déclinante affecterait votre état d’esprit. Prendre soin de vous et de votre logement (prendre une douche, se coiffer, mettre des habits décents, ranger…) peut augmenter presque instantanément votre bien-être. Même si vous n’êtes pas narcissique.

Il ne s’agit pas de se préparer pour un gala. Disons juste assez pour que, si quelqu’un sonnait à votre porte, vous n’auriez pas honte d’ouvrir.

Coupe 2
Coupe de cheveux, pendant HI-SEAS IV.

 

7) Lisez

A la fin d’une journée chez vous, il y a de grandes chances pour que vous ne supportiez plus votre papier peint.

La lecture – celle de choses qui se passent loin, dans un autre décor – peut vous offrir une pause : vous éloigner un peu de votre situation. De vos propres pensées, aussi.

Puisque vos libraires n’ont plus de clients en personne, la plupart peuvent expédier vos livres très rapidement – plus vite qu’Amazon. Et elles ont, plus que jamais, besoin de vous.

Occasionnellement, un bon film peut être une alternative.

05
Carmen, lisant dans le salon de Concordia.

 

8) Limitez internet

Internet peut vous offrir tutoriels, boutiques, vidéoconférences, divertissement de qualité, et informations.

Il peut aussi vous entraîner dans des spirales de semi-divertissement stérile et frustrant. Si vos e-mails et des nouvelles inquiétantes sont toujours à portée de pouce, bonne chance pour vous plonger dans quoi que ce soit.

Vous avez peut-être lu, dernièrement (cela circule sur la toile) que Shakespeare ou Newton ont développé leurs plus grandes idées dans des périodes ralenties par une épidémie. Un complément d’information : ils n’avaient pas Facebook.

Voici donc ma suggestion : n’utiliser internet qu’à des tranches horaires définies en avance, idéalement la veille. Notez que je n’ai pas écrit : « prévoir des tranches horaires sans internet ».

Vous redécouvrirez peut-être à quel point on peut s’immerger dans une tâche, ou même dans une rêverie, lorsque l’on n’est interrompu ni par des notifications, ni par la tentation de voir si notre dernière publication est appréciée.

Appliquer cette règle peut être étonnamment difficile. Soyez strict(e).

20190126_085913
J’aime, parfois, écrire là où il n’y a pas internet, pour retrouver cette faculté de concentration qui était si productive en isolement.

 

9) Gardez le rythme

Il peut être tentant de se coucher, et de se lever, de plus en plus tard. Évitez. Levez-vous et prenez vos repas à des heures qui pour vous sont normales. Inutile d’ajouter du brouillard mental à vos difficultés.

 

10) Désactivez le pilotage automatique

Décidez la veille de ce que vous ferez le lendemain, et quand vous le ferez.

Cette suggestion est peut-être la moins excitante de toutes. C’est aussi l’un des plus importantes, pour elle-même et parce qu’elle vous aidera beaucoup à appliquer les autres.

Elle vous évitera de devoir prendre des décisions au fur et à mesure, à la seule force de votre volonté, au risque très probable de glisser vers cet horrible cercle vicieux où abrutissement et culpabilité vous poussent à choisir, en pilotage automatique, les solutions faciles et les plaisirs immédiats.

Je vous recommande de planifier votre journée à la demi-heure près. Cela peut sembler excessif et pénible. Ça ne l’est pas. Passées les premières fois, cela ne prend que quelques minutes. Les bénéfices les valent largement : en plus d’alléger votre charge mentale, cela augmentera largement votre productivité.

Des imprévus vous pousseront probablement à changer vos plans : on vous demandera un coup de main, vous serez immergé dans une activité et voudrez la prolonger, vous aurez sous-estimé la durée nécessaire à une tâche. Pas de problème. Mettez vos plans à jour pour le reste de la journée.

Si vous travaillez depuis chez vous, planifier la journée entière vous offre un avantage supplémentaire : être focalisé sur votre travail aux heures définies et vous détendre complètement en-dehors, plutôt que de passer vos journées dans un pénible entre-deux.

Voici un exemple (théorique) d’un plan fait pour le lendemain. Pour vous faire gagner un peu de temps, le fichier contient aussi (en deuxième onglet) un plan vierge que vous pouvez modifier, imprimer pour le remplir à la main (il tient sur une feuille A4), ou les deux.

Si vous n’êtes pas seul(e), je vous conseille de suggérer aux autres de faire de même – ou, au moins, de les informer de votre plan. Cela vous permettra de vous coordonner.

 


 

Échouer parfois à suivre ces suggestions est normal. Ne vous en voulez pas : le confinement est difficile, surtout quand on ne l’a pas choisi. Rectifiez simplement le cap dès que possible.

Si vous décidez d’appliquer tout ou partie de cette stratégie, j’apprécierais de connaitre votre expérience. N’hésitez donc pas à la raconter en commentaire ci-dessous ou, si vous préférez que cela reste entre nous, à m’écrire à ce sujet.

Bon courage !

8 réflexions sur “Un guide de la quarantaine : leçons de deux années d’isolement

  1. Céline du 1-3e dit :

    Bonjour je suis votre blog depuis le début avec passion et admiration et j’avoue qu’avec cette situation exceptionnelle j’attendais avec espoirs vos recommandations. Merci sincèrement de vos conseils et de votre expérience. D’un point de vue citadin et familial, ils sont bienvenus et salutaires. Très belle journée et bonne continuation. Céline

    J'aime

  2. Ollivier dit :

    Bonjour
    Merci pour cet article vraiment riche (super les liens bibliographiques)

    Je devais assister à votre conférence au parlement de la mer à Sète qui a été reportée du fait du confinement.

    Je vais mettre en œuvre quelques uns de vos conseils et faire passer cet article après l’avoir traduit en anglais (voici ma mise en œuvre qui débute !!!! 😉) aux bateliers actuellement confinés quai d’Alger.
    A bientôt après cette parenthèse étrange actuelle.
    Merci encore
    Cordialement

    J'aime

  3. domiapi dit :

    Bel article ! Le livre « un hiver en antarctique » existe-t-il en version numérique ? (Je ne suis pas sure de le trouver à Nouméa)
    Belle journée
    Dominique

    J'aime

    1. Cyprien Verseux dit :

      Bonjour Dominique,
      Il n’existe pas en version numérique pour l’instant. Les librairies près de chez vous devraient pouvoir commander la version papier, si elles ne l’ont pas et si vous le leur demandez.
      Belle journée !

      J'aime

  4. appartenanceblog dit :

    grand merci pour vos témoignages fruits d’une expérience qui gagne à être encore et encore connue; je parle de vous ces temps-ci sur mon profil LinkedIn;
    bien cordialement,
    Katia MIELCZAREK
    Psychothérapeute

    J'aime

  5. PHH dit :

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article, qui fait du bien et aide vraiment.
    J’ai pris certains réflexes en lisant des productions similaires à la votre et aussi instinctivement, car j’ai vite senti que si je ne disciplinais pas mon quotidien, mon mental n’allait pas tenir.
    Le fait de ritualiser, en quelques sortes, le quotidien permet de mieux vivre ce moment, et vos conseils m’aident a trouver des alternatives dans mon quotidien.

    Belle journée,
    Pierre-Henri

    Aimé par 1 personne

  6. Marie-Julia dit :

    Je découvre votre article après coup car le déconfinement est en route mais j’adore le côté Pratico-pratique sans chichi d’une part, et le fait que ce soit le fruit de votre expérience d’autre part. Bravo et merci !
    Pour ma part, l’expérience à été positive à plusieurs titres. Par contre, je suis un peu triste de constater que mon ami est tombé dans le piège des réseaux sociaux dès le réveil et de l’enchaînement des séances zoom du matin à tard le soir. Le déconfinement est là mais, étant au chômage depuis juste avant le confinement, il n’en sort pas maintenant. Bien sûr l’impact sur notre relation est négatif. Heureusement que nous avons chacun notre logement… Effets pluriels ce confinement !

    Aimé par 1 personne

Répondre à PHH Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s